Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

twitter.jpg

Recherche

9 janvier 2008 3 09 /01 /janvier /2008 21:44
Il est arrivé quelque chose de malheureux  à Lizzycool, le site que nous avions mis en place. On ne peut plus vraiment poster là bas...
Je vais donc diffuser ici la BD que j'avais compté mettre en ligne juste avant que ça foire.
Voici la première partie de Manhua, les aventures de Raphe en Chine.
Les lecteurs de Drawer's High connaissent déjà bien Raphe et sachez que si vous désirez  en lire un peu plus, les deux premiers numéros sont toujours disponibles.
Pour résumer, Raphe est un jeune auteur de BD qui cherche à être publié. Malheureusement aucun éditeur ne souhaite éditer son travail, même si Raphe s'évertue à se montrer persuasif.
Sachez également qu'avant de devenir un personnage de BD, Raphe était une vraie personne mais celle-ci a disparue. Je suis actuellement en contact avec un marabout qui connait des incantations pour régler ce genre de problèmes... Peut-être que bientôt on aura des nouvelles.

Enfin avant de balancer la première partie de cette BD je tiens à remercier Boushka qui s'est occupé de la couleur et qui a réussit à rendre des pages un peu pourries, carrément sympas.

A suivre, bientôt...

Partager cet article

Repost 0
Published by GAD - dans BD
commenter cet article

commentaires

Unter2 14/01/2008 14:56

Bon, disons que éventuellement, parfois. Des fois par exemple, je me prends pour un boss de l’orthographe & finalement j’écris des choses sexy comme « pour pas avouez », mais c’est une erreur de frappe, je le jure sur la colombe de la paix.

Eugène 10/01/2008 22:03

Ha la vache!
Mais que va-t-il arriver à Raphe? Quel suspens !! Je suis impatient !!

GAD 10/01/2008 15:52

Parce que vous vous avez l'habitude de pipeauter?
Vous n'êtes pas Hiro Nakamura en réalité, c'est ça?

Unter 10/01/2008 11:06

Comme je suis déçu !
Je pensais que ces histoires de pages Over-Blog étaient un pipeautage subtil pour pas avouez que vous n’aviez rien foutu mais non en fait. Sachez, monsieur Gad, que j’en ressens la plus profonde affliction : vous n’êtes pas ce cynique calculateur qui excitait mes sens, mon dieu que va t-on devenir ?
Adieu.